Badaboomblog

mars 10, 2009

Loi HADOPI : c’est aujourd’hui !

Filed under: musique,Politique,Web 2.0 — badaboomblog @ 2:32
Tags: , ,

Aujourd’hui mardi 10 mars est présenté à l’Assemblée Nationale le projet de loi HADOPI (ou encore Loi Création et Internet). La vidéo qui suit est un résumé fort pertinent des origines de cette loi et de son cadre d’application. Pour les retardataires.


Vidéo créée par Médiapart

La loi HADOPI est, me semble-t-il aussi, une réponse erronée au phénomène d’échanges massif de fichier, qui a été proposée unilatéralement par les industriels de la culture (et notamment de la musique), à bout de souffle, incapables de se renouveler et de trouver un nouveau modèle pour que la Culture puisse s’intégrer dans l’économie de l’immatériel dans laquelle nous vivons.

On peut trouver, en ce moment, de nombreux billets, synthèses et débats très étayés. Comme sur Read Write Web.
Ca vaut le coup de s’y pencher. Et il est toujours temps d’écrire un mail à son député.

A+ Cyril.

février 13, 2009

Culture Libre / Free Culture : un livre de Lawrence Lessig

Filed under: livre,Politique,Société — badaboomblog @ 1:53
Tags: , , , ,

culture libre  free cultureLe logiciel libre est un logiciel / une application dont la licence est dite libre, c-a-d qu’elle accorde à chacun le droit d’utiliser, d’étudier, de modifier, de dupliquer, et de diffuser le dit logiciel. Ce principe est notamment popularisé par la fameuse licence Open Source, ultra-utilisée dans le monde du développement informatique. Dans ce secteur, les logiciels Open Source cohabitent sans problèmes avec les logiciels dits propriétaires, soumis aux Copyrights, pour lesquels il est nécessaire d’acheter les licences d’utilisation restrictives.

La culture libre s’inspire clairement de la philosophie du logiciel libre. 

Dans ce manifeste disponible gratuitement par simple téléchargement, Lawrence Lessig entend par culture libre non pas une culture sans propriété, une culture dans laquelle les artistes ne seraient pas payés, une culture anarchique … mais bien une culture qui respecte le principe de liberté, tels que l’entendent les expressions expression libre, marchés libres, libre entreprise, libre volonté … c-a-d un subtil équilibre entre liberté et contrôle.

Le propos de l’auteur est clair : « tout comme un marché libre est perverti quand sa propriété devient féodale, une culture libre peut être dévoyée par un extrémisme des règles de propriété qui la régissent ». En somme, l’industrie de la culture, en ne s’adaptant pas – volontairement – aux mutations technologiques et sociétales de notre époque, est en passe de féodaliser la Culture (au sens général) par un lobby puissant qui modifie les lois en sa faveur (la boucle est bouclée avec le billet précédent). 
Les lois sur les droits d’auteurs – et le Copyright, adaptation anglo-saxonne – telles qu’elles ont été crées il y a bien longtemps (depuis la création de l’imprimerie ?) ne peuvent pas être adaptées avec autant d’extrémisme aux oeuvres numériques. Elles sont devenu une menace pour la Culture (qu’il faut bien distinguer de l’industrie de la Culture, qui, en France, tente d’en garder le contrôle absolu …).

Ce livre est donc un brûlot contre l’extrémisme et la main-mise d’une poignée d’industriel qui veulent faire perdurer le contrôle total qu’ils exerçaient auparavant sur la Culture, tel qu’ils pouvaient décider la forme qu’elle pouvait prendre ou la manière dont elle pouvait s’exprimer.

Force d’argumentations et d’exemples, l’auteur donne des pistes pour « libérer » la culture, ainsi que des pistes de réflexion quant à la forme que pourrait prendre la culture du XXIe siècle.

A noter : Aucun éditeur français ne s’est manifesté pour traduire ce livre. Il l’a donc été par l’entremise de centaines de volontaires, grâce à un wiki comme outil de travail. 
Ce livre a été un best-seller en Angleterre.  

Vous pouvez télécharger le livre ici :

« Culture Libre : Comment les médias utilisent la technologie et la loi pour confisquer la culture et contrôler la créativité »
Lawrence Lessig
 (1,7 Mo)

février 12, 2009

Loi HADOPI : Pour ou contre ?

p2p

En mars prochain, nos députés auront à voter, à l’Assemblée Nationale, s’ils sont pour ou contre le projet de loi Création et Internet, aussi appelée loi HADOPI, voulu pour lutter contre le « téléchargement illégal ».

A l’approche de ce vote, le débat s’intensifie. Ou plutôt, les frondes contre ce projet se font plus fréquentes et intenses (à voir : La pétition SVM)

Pour rappel, ce projet de loi propose la création d’une autorité administrative indépendante, l’HADOPI, qui aura pour rôle la mise en œuvre d’une « réponse graduée » contre le téléchargement numérique illégal : le titulaire de l’abonnement ayant servi à des échanges illégaux recevra un premier avertissement par courriel, puis un second par lettre recommandée, puis risquera une suspension de son abonnement à Internet.

Je n’ai pas eu l’occasion de me plonger dans la lecture d’un moindre texte officiel relatif à cette loi. Les seules infos que j’ai pu glaner proviennent de la presse ou du Net.
Il me semble néanmoins que la réponse des autorités contre les échanges d’œuvres numériques sans autorisations est, encore une fois, mauvaise.

3 points pour étayer cette position :

1)    Il faudra expliquer comment, en punissant les internautes, on pourra relancer les ventes de CD. Le piratage est-il le seul responsable de la chute de l’industrie du disque ? Ca n’a jamais réellement été démontré.

2)    Une loi autorisant une autorité administrative à juger et empêcher quiconque d’accéder à Internet, est-ce bien constitutionnel, tout ça ? Dans un pays où la volonté présidentielle voudrait que l’accès à Internet soit un droit et que chaque citoyen puisse en jouir, n’est-ce pas paradoxal de vouloir promulguer une loi interdisant cet accès, ce droit ?

3)    Créer une loi d’exception (elle l’est à bien des égards) qui résulterait de la simple constatation de la baisse du chiffre d’affaires des industries culturelles, est-ce bien raisonnable ? Ces industries ont fait pression auprès de l’état pour faire perdurer un modèle commercial qui tend à disparaître (la vente de fichier sur support), alors que, par arrogance, elles n’ont pas voulu s’adapter à de nouveaux usages, à une nouvelle consommation de la culture et à de nouveaux modes de distribution des œuvres de l’esprit.

Nous sommes bien d’accord que la situation liée à l’échange d’informations et de contenus sur le Web n’est peut-être pas idéale pour tous. Mais il n’est pas question que les internautes passent pour des pillards, des pirates coupables de la chute de toute une industrie. C’est d’ailleurs étonnant de remarquer que l’industrie musicale, notamment, n’a jamais été aussi mal, alors que la diversité culturelle n’a jamais été aussi riche.

Bref, un collectif de citoyens, la Quadrature du Net, met en place un dispositif – un peu à l’américaine – pour sensibiliser les députés et les convaincre de l’inefficacité, voir du caractère dangereux de la loi HADOPI.
C’est simple : en mettant à la disposition de chacun les adresses e-mail de tous les députés français, ils estiment, avec une logique implacable, que les députés, élus par les citoyens que nous sommes, doivent nous écouter et prendre en compte nos opinions. A vos stylos, donc.

Sur Read Write Web, un exemple de lettre, pour les plus fainéants.

A suivre en mars … A+ Cyril.

(Pour info, la Quadrature du Net a publié un dossier qui tente de démontrer point par point l’ineptie de la loi HADOPI. Très intéressant)

février 6, 2009

Auto-entrepreneur : ça grogne chez les artisans

Filed under: Politique,Société — badaboomblog @ 11:11
Tags: , ,

business plan pour les nulsNous avions déjà parlé du status d’auto-entrepreneur sur badaboomblog. C’était ici, et c’était même l’un de nos premiers billets …

Il s’avère que le statut d’auto-entrepreneur n’a pas bonne presse auprès des artisans.

Depuis sa création, le 1er janvier 2009, ce nouveau statut facilitant la création d’entreprise a séduit près de 40 000 Français. Notre bon ministère de l’économie considère que c’est un succès. Pour rappel, ce dispositif permet à qui veut de se créer une activité entrepreneuriale sans réelles contraintes administrative et  de l’exercer en parallèle de son activité professionnelle.
La possibilité, pour chacun, de tenter l’aventure et espérer un complément de revenus.

Pour les artisans, Pierre Martin président de l’UPA en tête, ce dispositif est sujet à dérives pour l’économie du pays, arguant qu’il fausse la concurrence par l’entremise de charges moins importantes pour les auto-entrepreneurs. Pour lui, ce régime spécial reviendrait à développer une économie parallèle régie par des acteurs peu qualifiés, d’autant plus qu’il n’y aurait aucun contrôle préalable.

N’est-ce pas une attaque de principe ? à ce jour, Pierre Martin n’a pas encore réussi à prouver comment les salariés auto-entrepreneur pourraient nuire à cette institution qu’est l’Artisanat (1er employeur de France).

D’une part, il y a fort à parier que sur les 40 000 auto-entreprises déclarées, la majorité propose des services, voire des activités de négoce. Et bien peu d’artisanat. En effet, n’est pas artisan qui veut. Etre artisan demande, plus qu’une formation, un véritable savoir-faire qui s’acquiert avec le temps. L’artisanat, est avant tout une affaire d’expérience. Les artisans ont une belle longueur d’avance.
D’autre part, une économie parallèle, certes … Entre nous, cette économie n’existe-t-elle pas déjà ? Combien de Français ont compris que ebay pouvait être une véritable plateforme de négoce ? Combien de Français assurent des services à domicile (travaux, bricolage, ménage …) ? Combien de blogueurs reçoivent-ils de rétributions financières ? Parmi tout ces gens, combien sont-ils réellement qualifiés ? Combien déclarent-ils leurs revenus ? Pour ma part, je crois que ce dispositif va assainir le système, voire crédibiliser et responsabiliser ses acteurs. La déclaration favorisera la qualification.

On a longtemps critiqué les entreprises, les patrons et l’asservissement – les chaines – du travail. Aujourd’hui, un nouveau dispositif nous donne la possibilité d’être libre face à nos envies, de mener à bien nos rêves. Un dispositif qui favorise la liberté d’entreprendre.
Saisissons cette chance. Surtout en temps de crise.

A + Cyril 

D’autres articles pourraient vous intéresser :

Auto-entrepreneur : pour qui, pour quoi ?

janvier 15, 2009

Grèves 2009 : Vous en voulez encore ?

Filed under: Politique,Société — badaboomblog @ 12:00
Tags: , ,

saint lazare fermée C’est sur, l’agression d’un conducteur en gare de Maisons-Laffitte par 6 jeunes est un acte intolérable. De plus, il n’est pas concevable que les cheminots puissent travailler dans un sentiment d’insécurité lorsqu’ils exercent leurs louables fonctions. 
Mais n’aurait-il pas été possible de trouver une solution par le dialogue plutôt que priver près de 500 000 personnes (dont la majorité n’a jamais agressé personne …) de moyens de transport pour rentrer tranquillement chez elles, mardi soir ?

Il y a une chose à noter : cet événement arrive à point nommé pour Sud Rail, syndicat d’extrême gauche de la SNCF, pour mettre en place une bonne petite grève de dernière minute, brutale et surprenante. 
En effet, les élections professionnelles à la SNCF auront lieu le 23 mars prochain : c’est le moment de montrer aux cheminots que Sud Rail est LE syndicat capable de faire plier le patronat. L’incident des Yvelines n’a été malheureusement qu’un prétexte pour s’affirmer face à son principal concurrent, la CGT…

Ce qui est sur, c’est que les clients (et non les usagers …) en ont marre. Mardi, je suis passé à côté de St Lazare où un dispositif de police et de CRS très conséquent avait été mis en place. J’imagine que l’enjeu n’était pas tant de contenir les cheminots que d’éviter une véritable émeute de gens en colère. J’avoue que lorsque ce type d’incident se produit, surtout au dernier moment, la petite gueulante n’est pas loin …

En tout état de cause, ne tapons pas sur la SNCF : le groupe tente de mettre en place de nombreux dispositif pour améliorer et moderniser le transport. En revanche, il est dommage que son image soit ternie par une poignée de cheminots bloqués dans la culture de l’affrontement, et dont le but est de continuellement déstabiliser la SNCF et non pas d’améliorer les choses.

Le 23 mars, on en saura un peu plus. Malheureusement, si le syndicat étoffe ses bastions lors des élections professionnelles, il y à fort à parier qu’il multipliera les grèves dures en 2009. Jusqu’à en faire vaciller la CGT.

Et au final, tout ça pour quoi ? Est-ce vraiment pour défendre les cheminots et améliorer leurs conditions de travail, ou est-ce tout simplement pour accéder au pouvoir syndicaliste et instaurer un bras de fer de principe ?

A+ Cyril

novembre 19, 2008

Auto-entrepreneur : pour qui, pour quoi ?

Filed under: Politique,Société — badaboomblog @ 7:29
Tags: , ,

Juste un petit billet-réflexion rapide sur ce nouveau « statut ».
Depuis un moment, on parle beaucoup de ce nouveau dispositif. En gros, ceux qui souhaitent développer une activité parallèle à leur métier ou compléter leur revenu de quelque manière que ce soit pourront le faire grâce à ce nouveau statut, ce à partir du 1er janvier 2009. Les formalités seront hyper-simplifiées : un formulaire à remplir en ligne pour se déclarer, pas de contraintes comptables (ni compte de résultat, ni bilan : juste un livre des recettes & et achats, des avantages fiscaux pour un motant max de CA (32 000 pour les services, 80 000 pour le négoce) … bref la panacée, pour certains.
En fait, je me pose la question : il est vrai que l’économie numérique qui s’est développée ces dernières années a créé des flous (artistiques ?…) juridiques et fiscaux que l’état aimerait bien résorber (ex: le vendeur récurrent sur Ebay, etc …). Entre autre, ce statut pourrait convenir à bon nombre de bloggueurs (et il serait relativement utile en ce temps de polémique : ici, ou ou encore , ou etc …).
La question naïve donc : quel est le véritable intérêt ? Cette loi va dans le sens de l’évolution de l’économie numérique, certes, mais est-elle créée pour aider ou surveiller ?
à vous de juger.
www.auto-entrepreneur.fr

novembre 15, 2008

Il s’est passé quelque chose ?…

Filed under: Politique — badaboomblog @ 12:10
Tags: , , ,

 

obama covers

obama covers

… Bon, j’entends déjà les quolibets : « Oui, c’est un peu tard… » ou « non mais tout le monde le sait » ou encore « eh! mais tu es à la bourre… » Stop.

Il n’est pas question ici de traiter de la victoire de B. Obama ici (il a bien gagné, non?), mais de parler de son stratège digital, Chris Hugues, un collaborateur clé qui a, au combien, participé à l’enrichissement du « réseau Obama » sur le net, tant en nombre de sympathisants qu’en numéraire.
Chris Hugues, à 25 ans, affiche déjà un cv impressionnant. Etudiant à Harvard, il co-fonde avec Mark Zuckerberg et Dustin Moskovitz le réseau social Facebook. A l’époque, il en est le porte-parole (déjà une sensibilité de communicant …). En 2007, les spin doctors du candidat Obama le recrutent pour intégrer son équipe de web communication. Chrtis Hugues, fort de son expérience mais surtout de ses convictions, met alors en place une véritable stratégie de réseau pour son boss, avec une ligne directrice claire, à laquelle il n’a jamais failli : « Notre ambition est de faire se rencontrer les électeurs entre eux ».
L’équipe envisage donc le centre névralgique de la campagne sur le net, My BO, non pas comme un simple site plaquette qui offrirait aux sympathisants une fenêtre pour approcher leur candidat (emploi du temps, arguments, discours vidéo, blog ?, …), mais un véritable site communautaire dont l’ambition est de créer autour d’Obama une communauté solide, une véritable équipe de citoyens, ancrés autour de valeurs communes, en leur donnant la possibilité de communiquer entre eux, d’échanger leurs idées, de créer leurs propres événements et de s’y retrouver, etc, etc … Un véritable outil qui permet aux militants de devenir de véritables animateurs de la campagne, de mobiliser, de recruter, bref de relayer le message du candidat. En somme, un véritable lieu de rdv pour les supporters qui désirent s’investir à fond dans la campagne. Et investir financièrement aussi.
Pour Chris Hugues, cette stratégie est aussi un test : « this is a huge opportunity to see how social tools can work. It’s a great test of the technology ». Le succès est au rendez-vous. En gros, 2,5 millions d’internautes ont contribué sur le site a hauteur de 200 $ chacun (en moyenne), ce qui a permis à Obama de surenchérir dans des campagnes de publicité plus classiques (bannières, TV, etc), d’émerger constamment face à son compétiteur, et de convaincre les indécis …

Avec cette stratégie gagnante du « lien par le lien », Chris Hugues se verrait vraisemblablement offrir le poste de Chief Technology Officer à la Maison Blanche. Pas mal, non?
La vraie question est de savoir s’il devrait retourner chez Facebook ou continuer l’aventure avec son démocrate préféré … à suivre. 

 

Allez hop, une petite douceur :

The Pointer Sisters

The Pointer Sisters

The Pointer Sisters
Non pas le titre de Will I Am, « yes we can », mais une superbe chanson des Pointer Sisters, « Yes We Can Can », produite en 1973 par David Rubinson.

 

« YES, WE CAN CAN », ici, à l’écoute, bien sur.

 

A+. Cyril.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.