Badaboomblog

juin 22, 2009

Kool and the Gang + Ultramagnetics Mc’s + Randy Weston = ?

Excellente vidéo trouvée sur le blog de la non moins piquée Lilou de la Castillade.

Avec sa production artisanale de saison, un peu à la façon des vidéos de Commoncraft sur le Web 2.0, Chipolata Production a recréé le travail d’édition (cut, loop, pitch…) mené sur les samples originaux qui font le coeur de Smack My Bitch Up de Prodigy. Pour la partie instrumentale, les samples originaux sont de Kool and The Gang – Funkyman et Randy Weston – In Memory of . Give the Drummer Some des Ultramagnetics Mc’s pour la voix.

Et voila comment on obtient un Smack my Bitch Up :

A+
Bibistory, Fan du micro-ondes sampler.
Publicités

avril 26, 2009

iDaft est sur l’iPhone

Filed under: Apple,High Tech,musique,Production 2.0 — badaboomblog @ 7:24
Tags: , , , , , ,

Tu rêves de te prendre pour Daft Punk grâce à ton iPhone ? Il y a aussi une application pour ça.
Je parlais il y a quelques semaines d’iDaft, une application flash distrayante s’il en fut qui simule un petit sampler du morceau Harder, Better, Faster, Stronger.
L’application est enfin dispo sur l’appstore. Et vraiment je l’attendais celle la.

Ca ressemble à ça :

idaft-iphone

Pas mal fait du tout. Réactif, amusant, même si on peut regretter de ne pas pouvoir faire tourner une boucle en dessous directement depuis l’application, comme le propose le site iDaft. C’est par contre possible de laisser l’iPod jouer ses morceaux en même temps, ce qui malheureusement rend le son du sampler un peu faible.

A +

Bibistory

EDIT : depuis le 31 Mai, la version 1.1 a apporter quelques nouveautés fort plaisantes : 32 samples de voix (au lieu des 16 d’origine) ce qui permet de jouer la seconde partie de la mélodie (quand la voix monte dans les aigus). Samples fournis par les Daft Punk eux-mêmes précise le créateur de l’appli (classe). Le passage des 16 premiers samples à ceux de la seconde partie se fait simplement avec un bouton « switch tone ». Assez pratique.

On peut également faire jouer l’instrumentale du morceau HBSF dessous,mais un peu courte la boucle si on peut se permettre…

via applicationiphone.com

mars 18, 2009

Musique 2.0 : iDaft et Drum set

Cette semaine, la Badatape ne sera pas ! Et oui, entre beaucoup de travail, et beaucoup de préparatifs pour mon voyage à New-York (départ fin de semaine… Classe !), peu de temps pour trouver les bons morceaux pour le bon mix.

Ceci dit, Internet nous a offert ces derniers jours, 2 boîtes à rythmes virtuelles que je trouve personnellement hyper-addictives.

La première c’est le Dum Set, une boîte à rythmes en ligne aux couleurs et aux sonorités évocatrices.

drum set

Lancée par Ron Winter, réalisateur, animateur, producteur (MGMT, Babyshambles…), un couteau suisse de la musique en somme, la Drum Set est super réactive. Pas de latence, samples variés (drums, keybords, voices…), le tout contrôlable depuis son clavier, vraiment de quoi rester scotché. Les samples d’ailleurs sont au premier abord très marqué French Touch, et pourtant, en fouillant un peu, j’ai découvert qu’ils étaient extrait d’un morceau de Wham ! (!), si si ! Assez peu étonnant finalement, l’électro française s’inspirant et samplant très largement ces « perles » vintage.

On regrette quand même que le sampler ne soit pas associé à une espèce de séquenceur multi-pistes, ou même simplement un système qui permettrait d’enregistrer ses propres patterns et de créer une ébauche de morceau….

http://www.ronwinter.tv/drums.html

Le 2ème site, iDaft fonctionne sur le même principe, mais est dédié au groupe Daft Punk. QUI n’a jamais rêvé de pouvoir faire joujou avec les gimmicks mythiques du morceau Harder-Better-Faster-Stronger ?? Oui, sans doute plein de gens en fait… Mais bref, c’est maitenant possible ! Et en ligne en plus !

idaft

http://www.najle.com/idaft/

Ce qui m’étonne le plus au final, c’est vraiment la réactivité quasi-immédiate de ces 2 samplers web. J’avais déjà vu des Djs en disco-club laisser tourner leur Emule pour télécharger les derniers hits Fun-radiesques (oui je parle très certainement d’une boite paumée dans le fin fond du 77), mais avec ce genre d’initiative, on pourrait presque imaginer une interaction un peu plus intéressante discothèque/internet et voir des dj’s balancer en live des sons depuis leur samplers virtuels.

Bon allez, je ferme les 2 onglets, ou je vais y passer l’après-midi.

EDIT : Application iDaft pour iPhone

A +

Bibistory

(via http://www.ecrans.fr et http://chaufforeille.wordpress.com/ de mister Tiouz )

février 10, 2009

Gkoot-electronic : l’interview de David Spire, son fondateur

gkoot electronicDans un précédent billet, nous vous avions parlé de  Gkoot-Electronic, un site sur lequel vous pouvez écouter, mais surtout télécharger un nombre impressionnant de titres électros. 

Son fondateur, David Spire, nous accorde aujourd’hui une interview. Diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion, ce jeune entrepreneur de 22 ans, passionné de musique électronique et lui-même Dj, a décidé de créer Gkoot Electronic pour promouvoir un nouveau modèle de diffusion de la musique, favorable aux Artistes et adapté aux circonstances actuelles du monde de la distribution musicale. Il a réussi à convaincre divers investisseurs privés de financer son projet.

Il revient sur la création, le fonctionnement et la philosophie, de ce site lancé le 15 janvier dernier.

Bonjour David, peux tu nous présenter en quelques mots le concept de Gkoot-electronic ?

David Spire : Gkoot Electronic est un site d’écoute et de téléchargement légal et gratuit de musiques électroniques de qualité ouvert depuis le 15 janvier. C’est la concrétisation et l’application d’un modèle de diffusion innovant et adapté à la situation et aux évolutions du marché de la musique :
Nous souhaitons répondre à la demande et aux contraintes des internautes de manière complète et réfléchie en associant à une offre d’écoute et de téléchargement gratuite (permis par la licence CreativeCommons) une interface simple, intuitive, structurée et de qualité.
Le catalogue proposé a une forte valeur ajoutée puisqu’il est spécialisé et sélectionné sur des critères de qualité objectifs tels que l’appréciation de la qualité du mastering, du mixage et de la structure des oeuvres. Tous les Artistes et les oeuvres diffusés  sur le site ont été validés sur ces critères.
Dans un souci de rendre la musique électronique diffusée sur le site accessible et pour faciliter la navigation, les oeuvres sont classées selon 4 ambiances  : Zen, Tonic, Survoltée, Expérimentale. 

D’autre part, nous proposons aux Artistes un modèle économique adapté : 

– en diffusant leurs oeuvres au sein d’une offre certes gratuite mais aussi structurée et valorisante, ils vont répondre à la demande des internautes et donc toucher une audience plus forte utilisant de manière intelligente Internet comme un vecteur de promotion et de diffusion puissant. A noter que nous avons fait le choix d’utiliser une part importante de nos revenus publicitaires pour financer des actions de promotion du catalogue, ce qui représente, pour les Artistes, un levier fort.
– de cette audience vont ressortir des Fans qui seront prêts à payer pour acheter des produits de merchandising à l’effigie de leurs Artistes préférés et pour aller les voir en représentation Live.
– sur Gkoot Electronic, les Artistes utilisent donc la diffusion de leurs oeuvres sur la plate-forme comme un vecteur de promotion fort et efficace qui derrière, va leur permettre de trouver des opportunités de rémunération intéressantes sur les prestations commerciales (événementielles, utilisations commerciales de leurs oeuvres…) et la vente de produits de merchandising.

Comment est née cette idée ? Sur quelles convictions ?

David : J’ai toujours eu cette vision du marché de la musique et toujours eu l’impression que, soit rien ne se passait soit il y avait de bon projets en cours mais dans la plupart des cas peu aboutis et incomplets. J’avais envie de concrétiser mes idées, en créant un support adapté et complet pour répondre à de nouveaux besoins liés au développement des technologies d’internet. Internet a littéralement bouleversé les fondements du marché de la musique; j’ai l’envie et la prétention de vouloir faire bouger les choses et d’accompagner les Artistes dans cette démarche.

Comment t’y es tu pris (réseau, création du site, investisseurs ?…)

David : Je connais bien le milieu de la musique. Je suis moi même Dj et producteur AMATEUR. J’ai réussi à convaincre divers investisseurs privés de m’accompagner sur ce projet. Je suis aussi accompagné et soutenu par des personnes ayant des compétences dans plusieurs domaines (informatique, juridique…).

Je travaille aux côtés d’Alexandre Malbert, Responsable Marketing, qui m’apporte un soutien important et nécessaire. 

Les investisseurs qui ont cru en ton modèle sont-ils liés au monde de la musique ?

David : Ce sont des investisseurs privés qui ne sont pas en lien direct avec le monde de la musique.

Merci à David de nous avoir accordé un moment pour cette entrevue. Souhaitons lui bonne chance : ce ne sera pas forcément facile de faire émerger son offre dans un contexte déjà saturé de services de musique en ligne, mais au regard de son positionnement, il y a un espoir.
Enfin, ce site a le mérite de miser sur la qualité des productions, ce qui est une bonne nouvelle, alors qu’aujourd’hui la qualité est bien souvent noyée ou diluée par la quantité.
A très bientôt.

Gkoot-electronic

D’autres articles peuvent vous intéresser …

GKOOT : Streaming & téléchargement légal de musique

janvier 7, 2009

MINIMUM NOISE : Production musicale 2.0

Filed under: musique,Production 2.0,Web 2.0 — badaboomblog @ 11:11
Tags: , ,

minimum noise En deux mots, qu’est-ce que Minimum Noise ?
 « Minimum Noise est un service online qui permet aux musiciens de s’aider les uns les autres à créer de la bonne musique » dixit le site.

En gros, Minimum Noise est une place de marché qui, en connectant les musiciens du monde entier, permet de mettre en relation ceux qui ont un projet musical à réaliser avec ceux qui ceux qui pourront – musicalement – le réaliser.

Fonctionnement :

Les uns (directeurs artistiques, réalisateurs musicaux) ont un projet : un morceau, une musique de film, un jingle… Ils ont besoin de certaines parties musicales spécifiques : une voix, un rythme, une ligne de basse, une partie de percus, du saxophone, etc …. Sur Minimum Noise, ils ont la possibilité de soumettre ce projet, de décrire leur besoins, de mettre des fichiers musicaux à la disposition des internautes, et de définir le prix qu’ils sont prêts à payer pour ladite partie musicale.

Les autres (producteurs, musiciens pros, etc…) vont prendre connaissance des projets en cours et peuvent mettre leurs compétences créative à profit pour gagner de l’argent et participer à des compositions musicales postées du monde entier. Chacun envoie ses propositions jusqu’à ce que l’initiateur du projet déclare son « Winner » et clôt son projet.

minimum noise

En visitant le site, je suis allé sur les différents projets, écouté les productions et … j’ai trouvé ça pas mal. Le site est d’une simplicité d’utilisation enfantine, les musiciens prennent rapidement connaissance des projets, et il y en a pour tous les goûts : des besoins de beats aux lignes vocales ou basslines, chacun peut s’y retrouver.
En outre, le principe de « musique de commande » qui fait appel au crowdsourcing me semble intéressant : c’est un concept qui a toujours existé et les meilleurs musiciens pros, qui, appelés par un réalisateur, viennent en studio enregistrer une partie et prennent leur cachet sans pour autant faire partie d’un moindre groupe vous le diront … il n’y a aucune honte à être payé pour produire de la musique (encore heureux …), et le principe du cachet n’entrave en rien la créativité musicale (au contraire).

Ce concept a une place tout à fait légitime sur le web !

Pour l’instant, j’ai l’impression que le site a du mal à décoller. Ceci dit ils ne misent encore que sur le bouche à oreille. Un peu de publicité et il y aura fort à parier que ce service créera un formidable brassage musical ou chacun (musiciens comme réalisateurs) pourra trouver son intérêt.

Si vous avez l’occasion, allez faire un tour sur Minimum Noise et dites-nous ce que vous en pensez.

novembre 18, 2008

Production 2.0, et de un !

Filed under: Production 2.0 — badaboomblog @ 5:11
Tags:

Chez Badaboom, on aime la production musicale. Un clavier maître, un séquenceur multi-pistes, et hop, on passe sa nuit à gigoter du doigt sur les touches blanches du keyboard (et les touches noires des fois même…).

Alors forcément, quand le web 2.0 met son nez la dedans, ça nous intéresse. Je me rappelle qu’il y a déjà quelques années (en 2006 après vérif’), Diam’s proposait un mini-concours promotionnel pour son titre « la Boulette », sur le site de M6Mobile. A l’aide de la Remix Machine, un genre de sampleur qui permettait de rejouer des échantillons du titre en appuyant sur les touches de son clavier (azerty cette fois-ci), il fallait remixer le morceau pour en donner sa own version.

Orbs, le sound toy que je vous propose maintenant est d’un double nouveau genre. Évidemment parce qu’il s’agit d’une application web, mais également car la présentation du séquenceur n’est pas comme on en a l’habitude linéaire, mais circulaire (ou orbitale, c’est au choix). Visuellement, ça donne ceci :

Orbs | DYSPXL

Le principe est simple, on « coche » les cases un peu à la façon d’une boite à rythme pour programmer ses sons.  9 instruments au choix dont percus, piano, strings, effects…

L’appli connait bien sur ses limites assez vite, et n’allez pas vous imaginer qu’on puisse obtenir un résultat vraiment valable (en terme de musique) . ‘Fin bref,  on n’est quand même pas prêt de lâcher notre bon vieu Reason des familles, mais le principe reste amusant et mérite bien d’être testé…

De là à penser qu’on pourra un jour composer et produire un morceau uniquement via une appli web, pourquoi pas ??
Je vous parlerais bientôt d’autres sites du genre que je laisse pour le moment bien au chaud dans mes bookmarks.

http://www.dyspxl.com/play/orbs

Bibistory

Propulsé par WordPress.com.